samedi 9 juin 2018

Peinture : Brutal




Un peu de finesse et de poésie sur ce blog.

Vous commencez à connaître mon amour pour les gros mutants verts. Quand est sorti Brutal pour Eden, j'ai tout de suite voulu l'ajouter à ma collection. Un énorme mutant, avec une porte de tracteur comme bouclier, je dis oui. Ce n'est pas un Askari (zut) mais un mercenaire, ce qui veut donc dire qu'il peut rejoindre n'importe quelle bande (youpi), et j'allais donc pouvoir m'adjoindre ses services (ouééééééééééééé).

La version studio de Brutal.


La fig est chouette de base, mais j'avais envie de me l'approprier un peu. Ce n'est pas parce que c'est un mercenaire que je ne vais pas chercher un peu de cohérence.
La première chose que j'ai voulu faire, c'est changer sa tête. J'avais dans l'idée de remplacer la sienne par celle du Masakh, puisque mon propre Masakh est lui aussi converti avec la tête de l'Ifrit. Sauf que... Brutal est encore plus gros que le Masakh, du coup ça n'allait pas.
J'ai été un peu frustré, parce que je voulais vraiment remplacer cette tête. Jusqu'à ce que je tombe sur une Aberration pour Confrontation. J'adore ces figurines, j'ai un petit stock de Dirz qui sert de base à mon armée d'Eldars noirs pour 40k. J'ai donc décapité l'Aberration, et collé son effrayante tête sur Brutal. Et paf, ça a fait des Chocapics !



Ensuite, j'ai fait quelques modifications mineures. Dans mon esprit, ma version de Brutal est une expérience Askari qui aurait mal tourné et aurait fini par s'échapper de sa cage. Depuis, il erre à la surface, l'instabilité de ses mutations le faisant devenir toujours plus grand, plus gros, plus fort. Plus brutal. Pour survivre, il tire profit de sa force et de sa résistance en vendant ses services aux plus offrants.
J'ai commencé par retirer la pierre au bout de sa chaîne, j'ai aussi ajouté une lame sur sa genouillère. Enfin, je lui ai greffé des tubes dans le dos, que j'imagine être le dispositif qui alimente la force de Brutal, un peu comme Bane.


Bane, dans le dessin animé Batman.


Niveau peinture, la base reprend le schéma de mes Askaris afin de le lier visuellement. On retrouve donc la peau verte, les vêtements violets, et les plaques d'armure colorées en bleu-violet. Et j'ai inséré d'autres couleurs pour le différencier de ma bande principale et montrer son côté mercenaire. 

Le plus évident était la borne d'incendie, que j'ai faite en rouge. J'ai donc peint la portière de la même couleur pour faire un rappel. J'ai traité les deux rouges différemment cependant, et la porte de tracteur est ombrée au bleu. La boucle de sa ceinture est en doré, parce que vu la taille du machin j'avais envie de faire dans l'ostentatoire. Ca montre également qu'il ne bosse pas gratuitement, et puis aussi tout simplement j'avais envie de tester le nouveau doré de GW dont on m'avait dit beaucoup de bien. Et effectivement, c'est un bon produit. C'est un or bien couvrant, ce qui est assez appréciable. Niveau teinte, je trouve qu'il est légèrement froid, en tirant légèrement vers le vert, j'aime beaucoup la couleur. Pour finir, une bonne partie de son équipement est faite de bouts de métal rouillé.

J'oubliais les tubes dans son dos. Je les ai peints en orange fluo. Pourquoi ? Parce que j'ai pensé à Cagn à ce moment là (qui a une superbe armée d'eldars noirs incorporant là aussi des éléments de Dirz), et je me suis dit que quitte à avoir une fig aussi grosse, autant être sûr qu'on ne puisse pas la rater sur la table.

Bon, il ressemble à quoi du coup, ce Brutal ?
A ça !



mercredi 6 juin 2018

Impression 3D - Speeder

Un tout petit article pour aujourd'hui.

Le blog a un peu ralenti dernièrement, parce que je suis pas mal pris depuis quelques mois. Mais ça barbouille et ça bricole toujours un peu en arrière plan. Pas à plein régime, mais juste ce qu'il faut pour se changer les idées et ne pas perdre la main.

Alors qu'est-ce qu'on a de beau pour ce soir ? Un petit test d'impression 3D. Ca causait Star Wars sur Warmémé l'autre jour, et Lucius et la Tribune Ludique parlaient impression 3D. Du coup, je me suis imprimé un petit speeder, et je l'ai peint, pour voir. Comme j'avais fait sur le Z-95.

Ben... c'est super rigolo à faire. Ca me donne vraiment envie de faire un jeu où on jouerait ce genre de trucs. Un jour, peut-être.


Bref, la photo du speeder, sur ma table marécageuse.



Moi je dis, ça le fait. De près on voit les stries, mais à distance de jeu ça passe nickel.


mercredi 11 avril 2018

Ludinord 2018 - Présentation de Neon



Il y a deux semaines, nous nous levions à une heure indue (pour un week-end) Esprit et moi pour nous rendre à Ludinord, le festival du jeu le plus important du Nord, afin d'y présenter le prototype de l'un de nos jeux : Neon.




Mais avant de raconter cette journée de folie, rembobinons un peu (oui, on est assez vieux pour avoir connu les cassettes et le combo avec les stylos à bille). 
Pour ceux qui prendraient le train en marche, Esprit est un joueur, pousseur de pitous comme moi, que j'ai rencontré au club des Nerviens. Et il se trouve que nous partageons quelques points communs - en dehors de notre grande beauté. Nous aimons les mêmes univers, à commencer par le post-apo, et nous aimons tout autant l'un que l'autre triturer les règles des jeux auxquels nous jouons. Cerise sur le gâteau, on s'est vite rendu compte qu'on habitait deux villages voisins. Il n'a donc pas fallu longtemps avant qu'on se mette à disséquer des jeux ensemble, puis à commencer à en créer nous même.

C'est comme ça qu'on a inventé Red Button's Nation, un jeu de figurines post-apo façon Mad Max où les véhicules ont un rôle important, qui a pris une ampleur dépassant toutes nos espérances. Ne vous méprenez pas, le jeu reste confidentiel et ne nous a pas rapporté un centime (d'ailleurs, il est gratuit) mais c'était à l'origine un truc prévu pour nous deux, et les copains de club éventuellement intéressés. Aujourd'hui, des articles en parlent dans Ravage (non mais sérieux !) et on reçoit des messages et des photos de gens que nous ne connaissons pas, dans tous les coins de la France. C'est génial.


(cliquez pour les règles, c'est gratuit)


C'est également chez Esprit que m'est venue l'idée de créer Burn Out, le supplément pour Eden. Et Esprit m'a bien aidé, en servant notamment de tout premier testeur. C'est aussi grâce à ses bons retours que le projet a été développé et n'est pas resté une vague idée en l'air.

La boite d'Eden Burn Out.


Le truc avec Esprit, c'est qu'il a une nouvelle idée chaque jour. Le truc avec moi, c'est que ses idées me parlent fort dans ma tête. Du coup, à l'heure actuelle, on a plusieurs jeux en cours de développement ensemble.
Le plus abouti à ce jour est Neon.



Alors Neon, c'est quoi ?
C'est un jeu de plateau, déjà. Point de figurines, mais des gros pions cubiques. Il s'agit d'un jeu d'affrontement pour 2 ou 4 joueurs. Il n'y a pas d'aléatoire, c'est un jeu de placement et d'anticipation.

L'idée est simple. La règle aussi. Le jeu est complexe.

Neon représente un match de sport futuriste se déroulant dans une arène, dans laquelle s'affrontent des équipes de 3 pilotes qui doivent amener leurs véhicules, des Traceurs, dans la zone adverse. Mais l'arène est piégée, des Pulsars envoient des impulsions laser de façon périodique. Ces lasers sont déviés ou bloqués par un ensemble de Prismes placés dans l'arène, et chaque fois qu'un Traceur est traversé par un faisceau, sont niveau de puissance diminue, jusqu'à son élimination du jeu.
Les Prismes et les Pulsars sont mobiles, chaque joueur devra composer avec leurs déplacements afin de traverser les faisceaux laser et d'amener ses Traceurs dans les lignes adverses. Celui qui marquera le plus grand nombre de points remporte le match. Une partie dure 15-20 minutes.


Notre stand, prêt à accueillir les joueurs.


On avait présenté le jeu à des copains, dont LiXa, Syntaxerror et Letchaï. Ils nous avaient fait un retour super positif, au point de nous inciter (surtout Letchaï) à présenter le proto au concours de créateurs de Ludinord. On a donc réquisitionné un pote (merci Fantomas) pour nous faire une mise en page digne de ce nom, et on a envoyé le livre de règles au jury.

Esprit en pleine démo.


L'attente des résultats a été assez longue, surtout que les copains avaient fini par nous convaincre que le jeu était assez bon pour être sélectionné, ces cons. Mais ils avaient raison. Et un beau matin (ou était-ce uneuh nouit ?) j'ai reçu un mail nous disant que Neon était sélectionné ! Alors là, c'était la fête.
Bon, vous, en lisant cet article, vous vous doutiez bien qu'on avait été retenus, non ? Héhé. Mais nous, quand on a posé notre dossier, on n'était sûrs de rien.


"Alors là, tu vois, c'est un Pulsar.
Quand il tire, ça fait Pfiou-pfiou !"


Une fois sélectionnés, il fallait se préparer. On s'est donc astreints à un programme intensif. Esprit s'est forgé un corps d'airain, afin de séduire le public féminin du salon, tandis que j'imprimais plusieurs prototypes, histoire de pouvoir faire jouer les gens.


Mise en place du jeu.


Et puis est venu le week-end du 24 mars. Il faut savoir qu'Esprit c'est un vieux. Un vieux ponctuel, en plus. Pour aller à Lille, il a voulu partir une heure et demi en avance. On ne sait jamais, hein, des fois qu'il y ait des bouchons à sept heures du mat' un samedi.


Un début de partie, le joueur violet entame les hostilités.


C'est donc à une heure indue qu'Esprit passe me récupérer chez moi. Direction, le fort de Mons !
Sur la route, personne, évidemment. Et nous arrivons largement en avance, évidemment. C'est bien, ça laisse le temps de s'installer. 

Mon exemplaire perso de Neon, le tout premier prototype du jeu.


Les premiers à entrer sont des groupes scolaires. Du coup, c'est assez calme à notre table, puisque les enfants ont environ 8 ans pour la plupart, et que Neon s'adresse plutôt à des joueurs de 12 ans et plus.
Mais peu après les portes s'ouvrent pour le public et la salle se remplit de nombreux visiteurs. Il ne faut pas longtemps avant que les premiers joueurs ne s'installent pour une démo. Et le stand ne désemplira jamais.




Par rapport aux salons dédiés à la figurine, le public est beaucoup plus varié. On a eu de tout, des gens seuls, des couples, des duos de potes, on a même un groupe de quatre personnes qui sont venus en disant qu'ils voulaient jouer ensemble, et ça tombe bien, on a un mode multijoueurs.




Le visuel est important, je suis content qu'on ait passé un peu de temps pour avoir un rendu sympa sur Neon. Nous avions deux protos normaux, et j'avais également pris ma propre version, que j'ai peinte en bon figuriniste que je suis. Eh bien les gens qui avaient le choix jouaient d'office sur la version peinte.
Il faut dire aussi que celui-ci est plus gros, et qu'avec son orange fluo, il attire bien l'oeil. C'était un peu le but, cela dit.

En pleine partie sur la version peinte de Neon.


Le midi, l'ami Letchaï est venu nous rejoindre sur le stand pour qu'on puisse se relayer. C'est super cool de sa part, j'étais très content de passer la journée avec lui et Esprit. La plupart des photos de cet article sont de lui, également, il a géré comme un chef.




Je ne pouvais hélas pas revenir le dimanche, le salon s'est donc fini pour moi le samedi soir. Mais je ne regrette absolument pas d'avoir fait le déplacement. J'ai passé une super journée, c'est passé à une vitesse folle d'ailleurs. Je n'ai absolument rien vu du salon, en dehors des tables à côté de la notre.
On a eu le possibilité de faire essayer le jeu à plein de gens. On a eu des super retours, certains n'ont pas aimé bien sûr, mais ils ont le droit évidemment. Les gens étaient globalement séduits par le visuel, et par la mécanique du jeu.



Merci à tous les joueurs qui ont partagé ce week-end avec nous. Merci pour vos rires, vos commentaires, vos questions et vos avis. On est ressortis de là vannés, mais super heureux et reboostés pour continuer à écrire des règles de jeux. Merci à vous !



Les joueurs avaient la possibilité de voter pour leurs jeux préférés, ce qui a débouché sur la remise d'un prix Ludinord pour les trois catégories (famille, enfants et stratégie). Et nous avons... pas gagné. Haha.
Mais on s'en fout. Complet. Encore une fois, l'accueil des joueurs, et certains retours en particulier valaient tous les prix. Clair que l'année prochaine, on re-pose un proto.

Bon, pour être tout à fait honnête, le système de votes de cette année était... foireux, un peu. C'était une bonne idée, mais pas bien appliquée qui a donné un grand n'importe. Après, je ne remets pas DU TOUT en cause le résultat, parce qu'on ne venait pas pour ça, et que le jeu primé dans notre catégorie, Le Roublard, était à la table voisine et le jeu avait effectivement l'air cool et les deux gars super sympas. Pis dans leur jeu, y a "Mamie Tartine", c'est classe non ? Les mecs, si vous passez par là, bravo.


La remise des prix.


Je terminerai par un merci
Merci aux organisateurs et aux bénévoles. Bravo à vous.

Merci aux copains, d'être mes copains.

Et merci - encore - aux joueurs. Si vous avez testé et aimé Neon, n'hésitez pas à en parler, à nous le dire, à aller sur la page Facebook, à laisser un commentaire. Si vous êtes curieux de savoir ce qu'on bricole avec Esprit, gardez un oeil sur ce blog. Et si vous vous en foutez... pourquoi vous avez lu l'article jusqu'ici ?


dimanche 8 avril 2018

Eden Burn Out : Prédation, scénario solo




Eden est un monde impitoyable, et c’est encore plus vrai dans Burn Out. Grâce au mode campagne, les champions vont croître en puissance et devenir de vraies légendes vivantes. Mais pour un héros passé à la postérité, combien seront tombés, et à peine aussitôt oubliés.

Cette brutalité, Pierre des Dingues de Jeux a.k.a. Peter Punk en a fait les frais lors de ses débuts dans la campagne mondiale qu’il a lui-même lancée sur sa chaîne Youtube.


A vouloir être trop gourmand, Pierre a payé le prix fort, et une bonne partie de son QG se remet encore péniblement à l’infirmerie. C’est ce qui a donné à Gregauryc l’idée de créer un scénario solo, dans lequel on part à la chasse de la faune locale, histoire de récupérer de quoi manger et faire du commerce pour pouvoir se retaper un peu.



La génèse du scénario, expliquée en vidéo par Gregauryc :



Et le scénario (clique clique pour le pdf) en lui-même.
Comme le dit Gregauryc, celui-ci doit être utilisé ponctuellement pour permettre à un joueur de se remettre sur les rails. Ou pour jouer tout seul, hors campagne, pour s’amuser, ou tester des trucs. Le but n’est pas de jouer 50 parties dans son coin pour amasser un mont de Kaps, hein.

(clique clique pour le pdf)


Merci à Gregauryc pour ce scénario, publié sur son blog.
Bon jeu !




mercredi 4 avril 2018

Conan la barbaque !



Pour aujourd'hui, un petit extra par rapport à mes jeux habituels, avec du Conan.
Alors non, je n'ai pas acheté le jeu. Et vu la taille des boîtes et ma cadence, c'est pas plus mal.

Pourquoi du Conan ici, du coup, me direz vous ?

Eh bien c'est l'ami Syntaxerror qui s'est craqué sur la campagne de financement, et a reçu il y a quelques temps déjà un gros carton, rempli de grosses boîtes, remplies de (trop de) figurines. Comme on est des figurinistes, il a entrepris de peindre le jeu. Et lors d'une partie chez lui, il nous a proposé de peindre chacun une incarnation de Conan. Comme on est gentil et qu'on a eu pitié de lui en voyant les 700 pictes, les 480 chiens et la soixantaine de monstres, on a dit oui.

Chacun a pu piocher la version qu'il voulait peindre. Moi je ne voulais pas trop de peau. Bon, sauf que Conan il est en slip tout le temps, en fait. Du coup, je me suis récupéré le Conan Vagabond. Syntaxerror a demandé un schéma classique (il a bien fait, sinon je lui faisais en vert) et m'a fournis des références :


La barbouille officielle.

L'artwork du bouquin de règles.


En gros, du schéma archi classique. De la peau, du cuir, des métaux et du rouge. En même temps, c'est efficace. J'ai intégré le schéma dans ma petite tête, puis j'ai fermé les images sans y revenir, afin de l'interpréter à ma façon, sans chercher à copier.

La fig est sous couchée au pinceau avec la sous-couche adaptée de chez Army Painter, que je voulais tester. Pour la peau, je suis parti du Barbarian flesh AP (vu le nom, j'étais obligé). Cette couleur est choutte mais ne couvre pas du tout, du coup pour la base je l'ai mélangée à une vieille peinture Foundation de GW, le Khemri brown. J'y ai passé un lavis Flesh wash AP. Après j'y suis allé au feeling et dans le désordre, avec du barbarian flesh, de l'ivoire PA, j'ai ombré avec des rouges par endroit et des verts ailleurs, et j'ai repris mes tons chair et ivoire pour ré-éclaircir.




J'ai voulu mettre ma touche sur les métaux, avec la recette que j'utilise depuis quelques temps et qui a fait ses preuves. De l'argent, du Strong tone AP, ici j'ai même poussé au noir certaines ombres, et de la rouille Light Rust de chez Ammo of Mig.



J'ai également mis du vert pour ombrer le rouge, et pour enrichir le bois. Au final, j'obtiens un truc plutôt cohérent grâce à la palette réduite, et je suis assez content du résultat. En tout cas, je me suis bien amusé à le peindre.



Et je ne suis pas le seul à m'être plié à l'exercice.
Voici le Conan de l'ami Esprit, en armure dorée (non, ce n'est pas un Stormcast !) :



Jolyane a voulu faire un dromadaire :



Letchaï a fait une super version :



Et celui de LiXa est également intéressant, avec sa peau un peu violacée.



Le mien, photographié par Syntax' :



Et pour finir, celui que Syntaxerror a peint lui-même (quand même, on n'allait pas tout faire !) :



samedi 31 mars 2018

Eden Burn Out - la FAQ




Eden Burn Out arrive tranquillement dans les chaumières et devrait bientôt débarquer en boutiques. Les premiers retours des joueurs commencent à se faire, parmi lesquels on trouve, inévitablement, des questions. Je me propose donc de les lister ici et de répondre à ces interrogations. Je mettrai cet article à jour au besoin.

N’hésitez pas à me contacter pour toutes questions ou remarques sur ce mode de jeu, je suis preneur de tous retours. Pensez juste à lire les règles pour vérifier si la réponse n’y est pas en toutes lettres.
De même, n’hésitez pas à renvoyer ici tous les joueurs qui pourraient avoir des questions.
Et comme personne n'est parfait, même pas Gregauryc, vous pouvez aussi nous signaler les coquilles type faute de frappe, d'orthographe ou autre sur ce sujet sur le forum officiel.


Avant de rentrer dans le vif du sujet, un petit aparté sur les figurines. Les figs de Burn out sont moulées dans deux résines différentes, une résine dure, cassante, assez classique, et une autre plus souple. Ca peut surprendre un peu, et il y a des joueurs qui aiment et d’autres pas. Moi j’adore, mais c’est une question de goûts. Par contre, il me semble utile de préciser que pour ébavurer les figs en résine souple, il faut utiliser une lame bien aiguisée.


Il est beau ce starter quand même.


Allez, c’est parti.
3
2
1
Go !


On commence par des questions relatives aux scénarios :

1) Les dalles de jeu présentent une face couleur béton, et une couleur sable. Cela a-t-il une influence sur le jeu ?
Les deux côtés des dalles servent juste à changer l’ambiance de jeu. Selon vos socles ou vos décors, vous pourrez préférer l’un ou l’autre. Ou tout simplement changer pour ne pas jouer toujours dans le même décor. En termes de jeu, cela ne fait aucune différence et tous les scénarios peuvent aussi bien être joués sur l’une ou l’autre face.

2) Les décors dessinés sur les dalles sont-ils pris en compte pour les déplacements des personnages ?
Les décors inclus dans les dalles sont purement décoratifs. Les décors qui ont un impact sur le jeu sont ceux que les joueurs placent en début de partie.

3) Quand un scénario est asymétrique, où se déploie l’attaquant ?
Cela est précisé au début des scénarios. L’attaquant se déploie toujours dans la zone bleue.

4) Page 6, dans la phase de préparation, le passage sur les Artefacts renvoie page 51, t’es sûr ?
La mise en page du livre a changé et ce renvoi est passé à travers les mailles. Il faut donc aller voir à la page 9.

5) Le scénario 2, l’enlèvement, est tendu quand on affronte des factions dont les combattants sont chers, comment on fait ?
Les scénarios sont variés, certains avantageront certains types de combattants ou de compos, c’est assumé. Si tu penses que tu n’as pas les moyens de capturer les mecs en face, essaie de ne pas avoir à le faire et mise pour être défenseur. Si malgré tout tu es attaquant,  tu peux toujours te rattraper sur l’objectif secondaire, sur les caisses, la récolte de Kaps, et le cassage de tronche.

6) On devait avoir un scénario pour les peluches, non ?
Si si, tout à fait. Il est écrit, c’est un des tous premiers stretch goals que j’ai écrits pendant la campagne de financement. Il sera mis en ligne en pdf sur le site Happy Games Factory.

7) Et la campagne Hooked ?
Elle sera aussi mise à disposition en pdf sur le site de HGF.

8) Dans le scénario 14, il faut placer 4 Caisses mais seules 3 apparaissent sur le plan.
En effet, la carte a été tronquée à l’impression. Je mets la carte correcte ci-dessous.




9) Pareil pour le scénario 19, elle est bonne la carte ?
Non, elle n’est pas bonne non plus. Pareil, voici la bonne version.





Vient ensuite une salve de questions sur la constitution du QG et le choix des bandes en début de scénario. Avant de les détailler, je reprécise juste que le QG n’a absolument pas à respecter les règles de constitution de bandes en dehors de ce qui est indiqué dans le livret Burn Out, tandis que la bande déployée sur le terrain doit, elle, être légale.


Le QG de rockers Anges de Dante de Kurtis.


10) Certaines figurines ont plusieurs profils pour le même nom, comment ça marche ?
Assez simplement, en fait. Deux profils différents sont deux combattants différents, qu’ils aient le même nom ou pas. Il faut donc recruter les deux pour les avoir dans le QG. Chacun gagne son expérience et soigne ses blessures indépendamment. Encore une fois, ce sont deux combattants différents.
En revanche, comme ils ont le même nom, il n’est pas possible de les jouer ensemble sur une partie.

11) Puis-je avoir deux figurines qui ont la règle animosité dans mon QG ?
Absolument. Mais il ne sera pas possible de les jouer ensemble dans la même partie.

12) Je joue Anges de Dante, et mon Séraphin s’est fait sortir à la partie précédente. Je fais quoi ?
Alors pour les Anges, il est très conseillé de recruter au moins deux Séraphins. La boîte des Gangers of Eden permet aussi de créer des Chérubins, qui peuvent se substituer aux Séraphins. Sans Séraphin ni Chérubin, c’est défaite par forfait sur la partie suivante. Vous le savez, faites en sorte que cela n’arrive pas.

13) Moi j’ai eu envie de jouer Mercenaires, il se passe quoi si je ne peux pas jouer Mad Dona ?
Sans Mad dona, impossible de jouer full Mercenaires, puisque ceux-ci doivent rejoindre une bande de type faction. Mais ce n’est pas perdu pour autant, votre QG comportera très vraisemblablement des combattants non mercenaires. Il suffit en début de partie d’en prendre au moins un, et de lui allier les mercenaires, ainsi la bande sera légale.

14) Eh bien moi, pareil avec les Askaris, comment je fais sans Janissaire ?
Ben en fait, du cou non ce n’est pas pareil du tout. L’Askari ne peut pas jouer plusieurs Janissaires à la fois, mais rien n’oblige à en jouer un. C’est plus compliqué, évidemment, mais c’est faisable. Prenez soin de votre Janissaire, ou jouez-en deux pour alterner.

15) Prométhée me permet d’invoquer pour un tour un drone grâce à sa règle Géant de Fer, est-ce que celui-ci doit faire partie de mon QG ?
Le géant de fer ne fait pas partie de la bande. Il n’est même pas de la même faction, en fait. Il s’apparente plus à un équipement dont l’effet dure un tour. Le drone n’a pas besoin d’être dans le QG, et peut même être différent d’une partie à l’autre. Il n’a pas à être soigné, et ne gagne pas d’expérience.
En ce sens, il est différent de la règle Renforts de Piotr par exemple, qui fait rentrer un combattant allié sur le terrain depuis le QG avec tout ce que ça implique.

16) Mais du coup, entre chaque partie les Résistants récupèrent bien leurs UB hein ?
Oui, à part ce qui est spécifié comme se transmettant d’une partie sur l’autre, comme les blessures, l’expérience et les Kaps, tout le reste est remis à zéro. Les pions état sont défaussés, les PS recalculés à chaque début de partie, et les UB rechargés, par exemple.

17) Les règles disent de faire un QG de 200 points, moi je viens de commencer avec mon starter, je n’ai que 100 points. C’est grave ?
Oui, très. Krampus va venir te manger !
Plus sérieusement, ce n’est absolument pas gênant. Les 200 points sont purement indicatifs, ils permettent de pouvoir faire tourner le QG de façon raisonnable. Mais il est possible de commencer avec plus, ou avec moins. Je conseille simplement que tout le monde débute la campagne avec la même limite de points.
Par exemple, on vient de commencer une campagne dans mon club, le joueur ayant le moins de points en avait 135. On a donc commencé la campagne sur cette base. Eden Burn Out est un très bon moyen de se mettre à Eden, on peut commencer avec une petite bande, et la faire grossir au fur et à mesure que l’on gagne des Kaps, ce qui permet d’acheter et peindre ses figurines progressivement.

18) Lorsque je crée un QG Askari, dois-je associer les améliorations à chaque combattant de manière définitive ou peut on les choisir lors du choix des combattants pour le scénario joué? 
Les améliorations sont choisies en début de partie, lors de la phase de préparation. Comme pour Eden "classique".

19) J'ai tiré la carte XP équipement des Barbelés, comment ça se joue ?
Alors il manque un tooout petit détail sur la carte. Cette carte se joue comme la capacité spéciale Barbelés d'Ingrid du Convoi, par exemple. Il faut donc ajouter : 1PA, 1/tour, 2/partie


Enfin, des questions plus générales sur Burn Out.

20) Il paraît qu’Eden c’est super et j’adore les campagnes, mais je n’aime pas trop les jeux à combo. C’est embêtant non ?
Pas du tout, tout dépend de ton cercle de jeu. Si tes copains sont dans le même état d’esprit vous pouvez tout à fait jouer à Burn Out. Dans ce cas je vous conseille de jouer avec les règles des Mutants et Gangers of Eden, qui vous permettront de créer vos propres profils. Ainsi, vous pourrez doser vous-même le niveau de complexité des profils, et le degré de combotage. Et puis créer ses profils, c’est un bon prétexte à faire des conversions.

21) J’ai joué tous les scénarios, il y en a d’autres de prévus ?
Alors déjà, si tu as joué TOUS les scénarios à l’heure où j’écris ces lignes, tu es un grand malade. Hahaha.
Sinon, Burn Out c’est 19 scénarios, plus 7 dans les Ruines urbaines. Avec les objectifs secondaires au nombre de 9, ça donne quand même une sacré rejouabilité, sans compter la possibilité d’ajouter la météo ou les évènements aléatoires. J’ajoute qu’en campagne le même scénario joué deux fois de suite devrait différer puisque le QG aura évolué entre temps.

A ça s’ajoutent un scénario dans le magazine Ravage sorti fin 2017 ainsi que la campagne Hooked et le scénario spécial pour les peluches, qui seront mis en ligne sur le site Eden. Gregauryc a également créé un scénario solo, pour les amateurs de chasse… faites gaffe quand même, dans un monde post-apo on ne sait jamais bien si on est le chasseur ou le chassé.
Il n’est pas exclu que d’autres scénarios voient le jour, et vous pouvez également créer les vôtres. N’hésitez pas à les partager, je suis sûr que certains parmi vous ont des super idées.


22) Burn Out c’est trop cool. D’autres choses sont prévues pour la suite ?
J’aimerais que Burn Out dure dans le temps, je pense pouvoir dire sans m’avancer que Gregauryc aussi. On a d’ailleurs des idées de choses qui sont faisable, toujours dans l’idée de décliner Eden et de varier les cadres des combats, sans tout casser pour autant.
Maintenant, ça dépend autant de vous, les joueurs, que de moi. HGF sera plus enclin à développer le truc s’il y a des retours, si le jeu se vend et qu’il vit, que s’il n’y a que moi qui y joue dans ma cave, si vous voyez ce que je veux dire.


Et la question bonus :

23) Dans mon colis, il y a une fig en métal d’un mec avec des haches, c’est qui ?
Il s’agit de Dunbar. C’est un mercenaire, qui peut donc rejoindre n’importe quelle faction, et qui viendra aussi parfois vous prêter main forte sur une partie grâce aux Artefacts.
C’est une figurine offerte par Happy Games Factory pour s’excuser du retard de livraison sur le KS. C’est expliqué dans cette update.


Dunbar, l'homme qui danse avec les lycals.

En espérant que cela vous sera utile.
J’ai pris énormément de plaisir à créer Burn Out, et j’adore jouer à ce jeu. Bon, forcément je ne peux pas être objectif, mais j’espère que vous vous amuserez tout autant que moi. Bon jeu !


dimanche 18 février 2018

Les Happy Factory Days seconde édition - 3 et 4 février 2018




Si vous suivez un peu l'actualité autour du jeu Eden, vous savez probablement déjà que les 3 et 4 février se sont tenus les Happy Factory Days, puisque HGF remettait ça pour une seconde édition.

L'événement l'année dernière avait été énorme puisque j'y avais présenté le prototype de Burn Out avec l'aide de l'ami Gregauryc. Le week-end était passé à toute vitesse, je n'avais même pas pu jouer une petite partie et je crois que je ne me suis pas assis plus de cinq minutes. Bref c'était énorme et j'avais vraiment hâte d'y retourner pour retrouver la team, les potes, les artistes et les joueurs qu'on croise sur les tournois.

Cette année j'étais qualifié pour la finale nationale qui se tient lors de la convention, et comme je ne faisais pas partie de l'organisation j'aurais pu la faire. Mais j'ai préféré ne pas y participer pour laisser une chance aux autres passer les deux jours plus libre, histoire de profiter un max de l'événement. J'ai donc proposé à Gregauryc que l'on teste les scénarios de la campagne Hooked, l'un des bonus de Burn Out, ce qu'il a accepté directement.


Les enfants perdus et les pirates Askaris, protagonistes de la campagne Hooked.


Toute la semaine précédant les HFD, j'étais un peu comme un gamin avant Noël, j'avoue. J'avais tellement hâte d'y être que le samedi matin, je me suis même réveillé en avance. Pourtant, je ne suis pas du matin. Quitte à être réveillé, je me suis levé et préparé, puis j'ai traîné un peu chez moi avant de finir par en avoir marre de tourner en rond, et je me suis mis en route en avance sur l'horaire prévu. Bien m'en a pris, comme vous allez voir.

Arrivé à la gare, je vois qu'un TER pour Lyon est sur le point de partir, alors je me dis qu'entre courir 30 mètres ou attendre dans le froid, je préfère courir. Et hop, me voilà en route pour Lyon. Evidemment j'arrive à la Part-Dieu bien bien en avance par rapport à mon TGV. Mais c'est toujours mieux que bien bien en retard, non ? Surtout que la petite voix (comme dans C'est pas Sorcier !) de la gare annonce que le TER que j'étais sensé prendre est en panne et par conséquent annulé. J'aurais donc raté mon TGV, donc une bonne partie des HFD et j'aurais été dég' !

Mais non, du coup même si j'ai un peu d'attente c'est avecle sourire, et je m'installe dans le TGV pépère dès qu'il arrive. En plus, il y a plein de place alors je me cale dans un coin calme, au cas où j'aurais envie de dormir. Vous imaginez bien qu'en fait, non. Comme un gosse à Noël je vous dis.


Bon point, dans le train il y a le WiFi, du coup j'ai regardé tous les clips de Silversun Pickups que j'ai pu trouver. J'ai découvert ce groupe récemment, et plus j'écoute plus j'aime. La première chanson que j'ai entendue d'eux est Lazy Eye :



Ouais, c'est un blog sur les pitous, mais c'est surtout mon blog, alors si je veux mettre de la musique je mets de la musique. Tiens, d'ailleurs ils ont fait Panic Switch aussi, qui est la musique de fond du trailer de Sucker Punch :



Mais revenons en à nos pitous.

Pendant le trajet, je reçois un message de Kurtis qui me propose qu'on se retrouve à la Gare du Nord, puisqu'on arrive pratiquement en même temps.


Enfin, en théorie, on arrive presque en même temps. En gare de Paris-Lyon, que je commence à connaître, je fonce direction le tram. Il arrive dans deux minutes, impeccable. Sauf qu'une annonce s'élève des hauts parleurs de la station pour nous expliquer que le tram entrant en gare vient de heurter un gros animal sauvage (une biche ? un sanglier ? un ours brun ?) et qu'en raison des dégâts subis, tous les passagers doivent en descendre et personne ne peut y monter.

On nous invite donc à emprunter le suivant qui arrivera sur le quai d'en face. Ok. Les gens déjà présents sur le quai, plus tous ceux qui viennent de descendre du tram endommagé attendent donc patiemment, puis montent dans un train plus petit que le précédent. C'était bien, on n'avait pas froid, en tout cas.
Les portes se ferment, le tram démarre. Il parcourt... cinq centimètres ? Les lumières s'éteignent, le tram s'arrête. Perte de l'alimentation électrique. On nous invite à attendre. Je suis pressé moi, merde y a des pitous et des copains qui m'attendent. Alors je sors et j'utilise une autre ligne, qui m'amène cette fois en gare du Nord. J'émerge des méandres souterrains pile en face de notre point de rendez-vous, ou Kurtis m'accueille avec le sourire.


On se met en route vers la salle, le Belushi's, et pour le coup c'est vraiment à côté. Très bon point la localisation, pile entre Gare du Nord et Gare de l'Est. Mohand est à l'entrée, on se dit bonjour, et on le laisse papoter avec d'autres visiteurs tandis que Kurtis et moi entrons dans le Belushi's. C'est une espèce de bar découpé en plusieurs salles. La grande salle centrale est ouverte au public, mais la salle du fond est privatisée et c'est là que se déroule la finale.


J'ai misé sur la victoire de Pokpok, qui est le champion en titre, mais surtout qui est l'une des personnes qui m'a fait ma toute première démo d'Eden. On verra à l'issue des deux jours si j'ai misé sur le bon clown !


Pour notre part, nous nous dirigeons vers la salle du bas où se tient le Off, puisque c'est un peu pour ça qu'on est venus.
Il y a déjà du monde, du coup je vais saluer Gregauryc, qui m'indique où on est placés, et je dépose tout mon barda avant de commencer la tournée de bonjours. Je retrouve plein de têtes connues, évidemment, je ne citerai donc pas tout le monde.

L’une des premières personnes qu’on retrouve est Steve, qui s’occupe des vitrines du concours. Il est disponible quand nous arrivons, du coup on s’inscrit directement pour les Vladds d’Or. Je n’ai rien peint spécialement pour l’occasion, mais j’ai apporté une sélection de figurines, qui me permet de poser quelque chose dans chaque catégorie. J’ai notamment apporté mon Masakh :



Mon Défenseur :




En conversion, Pierre-Guy et moi on pose nos Immortan respectifs :




Mon Immortan Patriot.


Le starter Askaris résine fraîchement peint :




Et pour encourager PokPok, Ma a fait spécialement le déplacement :




Kurtis pose plusieurs entrées lui aussi, dont son matriarcat vert :




Et Gregauryc qui vient de nous rejoindre inscrit également des figurines dans chaque catégorie, avec notamment son ISC version Escaflowne :




Il y a beaucoup de chouettes choses dans la vitrine, le niveau global est plutôt bon et c’est d’autant plus impressionnant qu’une bonne part des figurines présentées sont en fait des figurines de jeu !
L’une des bandes qui a le plus fait sensation est celle d’Aldhyr. Je vous mets juste une photo, vous allez comprendre :


Tout est dans le détail...


Moi j'ai bien aimé cette conversion :

Si quelqu'un connait son concepteur...
Le Grey Daimyo d'Enorme Vorace, merci Jyrio pour l'info !


Sinon on trouvait plein de jolies choses, je ne montre pas tout, mais j'ai noté une présence croissante de figurines violettes. La propagande porte ses fruits :


Des Immortels violets...



Et puis du Joker violet...



Et même des Askaris violets ! Ah non, normal ça c'est les miens...


J'ai gardé mon starter pirates Askaris pour jouer :




Dans la salle on trouve tout un tas de tables de jeu, évidemment, dont la très belle table Babylon 93 de Pierre des Dingues de Jeux :




Mais aussi cette plateforme polaire, très originale :




Les HFD c’est aussi un stand de vente, avec une promo intéressante cette année puisque pour trois produits achetés, le moins cher est offert. Je sais que certains se sont fait de beaux craquages, du coup ! Je récupère un booster d’Immortels pour Pastouche, du forum Warmania, ainsi que la fig d'Amelin.




Mais surtout les personnes ayant pledgé pour le KS de Burn Out peuvent retirer leur boîte. Je ne me suis donc pas privé, d’autant qu’on avait prévu de jouer avec Gregauryc alors autant avoir le matos.

Notre bébé, ça fait tout drôle d’avoir son nom sur une boîte de jeu !


Notre première activité en commun du week-end a donc été une ouverture de boîte. Ca m’a fait plaisir de le faire avec lui, parce que si quasi tout le contenu a été écrit par votre serviteur, c’est Gregauryc qui a donné forme a tout ça !

Alors les envois sont en cours et je sais que tout le monde n’a pas reçu son jeu encore (moi-même je n’ai pas tous les bonus) mais ça va arriver, et croyez-moi j’ai hâte autant que vous. J’espère qu’on aura des retours, des photos, des vidéos, que vous ferez des campagnes de fous et que ça vous donnera de jouer toujours plus pour faire évoluer votre QG, pour le meilleur comme pour le pire.


On s’est donc installés avec Gregauryc dans nos GROS fauteuils, on a mis en place le premier scénar qu’on s’est ensuite joué pour tester.


Matez moi ces fauteuils !


Au final, on a surtout parlé, plus que joué, soyons honnêtes. Entre nous, déjà, mais aussi avec tous les gens qui venaient nous voir, aussi bien des connaissances que de nouvelles têtes. On a notamment vu passer certains des finalistes, qui descendaient entre les rondes, comme Vargounet - qui serait peut-être mon frère, Pokpok mon champion, Jugger le mestre ès règles, Le Compteur, Bidule, Bwaaane, Milokhovar, Enguerilla, Justine, et c’est là que j’ai fait un homme heureux.

E - R - E
Heu-reux


L’ami Gierulf, pour ceux qui ne le savent pas collectionne tout ce qui est collector sur Eden. Il a donc, notamment, toutes les éditions limitées des figurines du jeu. Toutes.
Oui.
Toutes.
Et je lui ai filé un petit coup de pouce, en me séparant d’Alexia, qui est la seule qui lui manquait et qu’il ne parvenait pas à trouver. Autant vous dire qu’il était content le garçon. Et ça m’a fait plaisir de lui faire plaisir.

Le midi, on récupère la Dream-Team du tournoi par équipe, et on va manger au Burger King avec l'ami Belge MoneyTime, et le duo Aldhyr et Grognon. On est six à table, on parle pitous, et la dame au bout de notre table a pas du piger un quart de ce qu’on racontait.


Aldhyr, Money et Grognon ... avec une équipe pareille en face on ne doit pas s'ennuyer.


Le samedi se déroule tranquillement, le premier scénario qu’on teste tourne assez bien, le deuxième absolument pas. Le premier jet est injouable pour les Askaris. On corrige un peu trop, ça devient infaisable pour les gamins. Du coup on discute, on modifie, on arrive presque à un consensus, mais Gregauryc pense que c’est trop difficile pour le Convoi. Moi je pense que ça se tient, alors je lui propose d’échanger nos bandes. Du coup, je perds, mais de fait mes Askaris gagnent. Mais surtout, la partie a été tendue et la victoire tient à pas grand-chose, on garde donc le scénario en l’état.


Test d'un scénario avec Gregauryc.


Le soir certains sortent, moi je suis fatigué donc je préfère rentrer à l’hôtel. Et ça tombe bien, on est plusieurs dans le même. Kurtis et Gregauryc passent donc la soirée dans ma chambre - on a perdu MoneyTime en route, sûrement endormi en sursaut dans un coin de sa piaule - et on parle de tout et de rien. Je profite de l’occasion pour leur faire tester le prototype de Neon, un jeu de plateau que j’ai créé avec mon pote Esprit. Je reviendrai probablement dessus dans un prochain article, mais notez déjà que le jeu ayant été sélectionné, nous serons en démos à Ludinord fin mars !


Neon, encore un jeu créé avec Esprit.


Bon, au final on est rentrés parce qu’on était fatigués, mais ce n’est pas pour autant qu’on s’est couchés tôt. Haha. Le temps passe toujours trop vite dans ce genre de situations.


Le dimanche matin, on retrouve Aldhyr et Grognon au petit déjeuner (quand je vous disais qu’on était plein dans cet hôtel), ainsi que MoneyTime qui a retrouvé son chemin, ce qui permet de papoter un bon moment tous ensemble, au calme. Bon, ces mecs sont des crèmes. C’est dit. Les gars, on se voit aux HFD3, mais on va essayer de se voir avant aussi !


Au retour à la salle, c’est plus calme que la veille, puisqu’il y a un peu moins de monde.




Je me promène pendant que Gregauryc lance le tournoi Off, et je tombe sur Jyrio et son frère. On parle barbouille, évidemment, et jeu, et Jyrio me dit que c’est un poissard aux dés. On décide donc de se faire une partie, et je lui fais tester Burn Out. La partie se fait à la cool, les figs de Jyrio sont jolies, et l’un comme l’autre on fait des jets de dés assez normaux.
En bon démonstrateur, je perds évidemment la partie, mais de peu, pour que ça aie l’air vrai. Héhé. Un chouette moment, en tout cas.




Hasan va foutre le bordel chez les convoyeurs de Jyrio.



Jyrio et moi-même, en pleine exhibition de biceps !


Comme Gregauryc est de corvée photos, j’ai tout l’après-midi « tout seul » (si on peut dire ça dans une salle pleine de gens) du coup j’ai le temps d’aller voir un peu les artistes. D'ailleurs, j'y retrouve Kurtis qui y a juste passé tout le week-end.



Des barbouilleurs.



Un pâte à modeleur.


J'ai donc pu voir œuvrer (et pour certains papoter un peu avec) les peintres avec Hutif, Niko Deze, Fabrice Tran, Julien Alabonnepeindouille, Seb Lavigne, et je trouve même le temps de m’asseoir un peu à côté de Graphigaut pour le regarder sculpter. Moi j’ai le diplôme international « play-doh » avec ma fille, ce que Graphigaut arrive à faire à mon niveau c’est irréel quoi.


Je fais mon curieux.
(photo de RL Photographies)


Les finalistes ayant fini de se mettre dessus, on sait qui est le champion, et Pokpok… a échoué. C’est Bidule qui remporte cette année le titre suprême, avec un lot énorme à la clef : il pourra designer un prochain personnage, aussi bien d’un point de vue visuel que du gameplay, qui sortira dans la gamme Eden. Bidule, souviens toi de ce dont on a parlé avant la dernière ronde hein !

Le tournoi Off, avec en arrière plan une projection des démos de peinture :


Je crois que ces deux têtes sont connues des habitués des Dingues de Jeux.


Les tournois se finissent aussi sur le Off, et grande première pour moi, je dédicace quelques boîtes de Burn Out. Quand j’ai dit ça à ma maman, elle était fière de moi. Merci les gars !
En plus ça tombait bien, j’avais emporté le feutre violet de ma fille, au cas où. Merci à ma pirate pour sa contribution ! Petite mention à Gierulf, qui m’a filé sa boîte, en me demandant de la dédicacer et de lui rendre fermée, pour qu’il ne la découvre qu’une fois rentré chez lui. Ca m’a fait marrer.

Pendant 10 minutes, je vis mon rêve de gloire.
(photo de RL Photographies)


Et la journée se termine - ça va TROP VITE – par la remise des Vladds d’Or.


Une ribambelle de statuettes.


J’ai posé des trucs dans toutes les catégories, mais objectivement je pense avoir mes chances dans deux, la catégorie 50 mm et la catégorie Bande. Voilà les photos prises par Pierre-Guy pendant le week-end.
Ma bande :




Mon Masakh :




Et…
Eh ben non.
Rien.

Du coup, j’arrête de peindre, voilà ! Ca vous apprendra !

(Soupalognon Y Crouton, par les excellents Goscinny et Uderzo)


Cela dit, je suis quand même très content pour les copains qui prennent un trophée, notamment Aldhyr, Grognon, Kurtis et Vargounet. Bien joué les gars !

Je repars assez vite après la remise des prix, juste le temps de dire au revoir à tous ceux que j’arrive à croiser et direction le train pour repartir vers Lyon.


Le soleil se couche sur Paris.


Comme je l’ai dit, je n’ai pas forcément cité tout le monde, mais j’ai aussi été très content de revoir Julie, Yohann (qui a préparé plein de blisters la nuit de samedi à dimanche pour satisfaire les clients, bravo à toi !), Le Magnet, Peter Punk des Dingues de Jeux avec son compère Momo, j’ai aussi pu rencontrer Riino et Rafuto, les padawan de Gregauryc. Autant dire qu’avec lui ils sont dans de bonnes conditions, d’ailleurs ils lancent une campagne Burn Out sur Strasbourg, n’hésitez pas à les rejoindre si vous êtes dans le coin !

Régine RL Photographie a pris plein de super photos, de très bonne qualité étant donné la lumière, allez y jeter un oeil :



Je termine avec le reportage de French Wargame Studio, si vous voulez découvrir les HFD ou revivre un peu ce super week-end, profitez :