lundi 20 février 2017

Eden : un peu de retouches



Un article court pour aujourd'hui.
Ce week-end se sont déroulés les HF Days à Saint-Ouen, durant lesquels j'ai pu rencontrer, voir ou revoir pas mal de monde. Et parmi eux, non des moindres, l'ami Vargounet.

Le week-end est passé comme une balle - je ferai un débrief dès que possible - et j'ai eu l'impression de ne pas pouvoir passer autant de temps avec chacun que je ne l'aurais voulu. Mais j'ai quand même pu papoter avec Vargounet, qui m'a fait des retours super intéressants sur ma peinture.
Du coup, tant que c'était frais dans ma tête j'ai (encore) repris deux de mes Askaris, à savoir l'Elkelb et l'Alghul.
Oui, je les ai retouchés y a une semaine déjà... à cause de Vargounet... déjà. J'adore ce type. Hahaha.


L'Elkelb et l'Alghul Askaris, deux gueules d'amour !


Sur l'Elkelb, j'ai étendu les éclaircissements sur les zones les plus exposées à la lumière, ici le dessus du museau, certains doigts et l'arrière de ses bras, pour gagner en contraste sur la globalité de la pièce. Je sais que c'est un des points sur lesquels je dois travailler.
Sur l'Alghul, j'avais un soucis au niveau de sa gueule, ses crocs ne se démarquant pas assez de sa peau. Je le savais, d'ailleurs c'est un des points qui m'avaient fait galérer quand je l'ai peinte il y a un petit moment déjà, mais je ne savais pas comment remédier à ça. En discutant avec Vargounet, il m'a suggéré d'enrichir sa peau avec des tons rouges. Je l'ai donc fait sur sa tête, en insistant à proximité des babines, et puis comme j'étais lancé j'ai aussi apporté des nuances à ses avant-bras.

Je trouve que ça fait une bonne petite mise à jour de leur peinture, ça valait la peine d'y passer un peu de temps. Merci Vargounet.

Si vous ne connaissez pas son travail, allez jeter un oeil ici.

jeudi 16 février 2017

Décor : Le Laboratoire



Comme expliqué dans mon dernier article, ce week-end se dérouleront les premiers Happy Factory Days. Pour l'occasion, j'ai eu envie de me monter une nouvelle table. Et pour le fun, j'ai décidé que tous les éléments seraient faits en impression 3D.
Evidemment, j'ai eu cette idée il y a moins d'un mois, ce qui est quand même un sacré challenge quand on a des journées bien remplies. Du coup vu le temps d'impression nécessaire, c'était un peu optimiste niveau timing. Mais j'y suis arrivé. Les HF Days sont dans deux jours, j'ai fini de la peindre ce matin. En fait, je suis large. Haha.

Je me suis même payé le luxe de faire quatre caisses assorties.

Bon, en fait, le projet n'est pas vraiment fini, j'ai envie de faire un plateau de jeu sur le thème, en attendant ce sera mon tapis Deadzone qui accueillera mes décors. Du coup, je me demande si ça ne serait pas gérable de faire des dalles elles aussi imprimées en 3D. Mais ça sera pour un peu plus tard. Surtout que si je les imprime, eh bien il va falloir les dessiner auparavant.

La table dans son ensemble.


La plupart des fichiers ont été trouvés sur Thingiverse. J'ai parcouru le site pendant des heures pour trouver des éléments qui me semblaient sympa, et qui pourraient fonctionner ensemble. A la base, rien n'est prévu pour aller avec les autres, et j'ai changé l'échelle de la plupart de ces décors. Certains étaient même prévus pour du 15mm.

L'ensemble de ces éléments a été imprimé en PLA sur mon imprimante de chez Dagoma, avec une résolution de 0,2 mm. Il s'agit de la résolution "rapide" de mon imprimante, je peux imprimer deux fois plus fin, mais les temps d'impression augmente d'autant. Je n'ai appliqué aucun post-traitement pour retirer les stries liées à l'impression. Tout est brut d'impression, j'ai juste retiré les supports quand les pièces en avaient.


 La passerelle traverse la table de part en part.


Je voulais un rendu industriel qui puisse évoquer l'intérieur d'une base souterraine comme un LAB ou un QG Askari. J'ai donc privilégié les fichiers permettant d'imprimer des passerelles, des containers et tout un tas de pièces de machinerie avec des tuyaux, des aérations et des cellules énergétiques.


De puissants générateurs fournissent l'énergie nécessaire au fonctionnement du complexe.


Niveau peinture, je voulais à la fois faire sobre pour coller à mon thème, être efficace pour tenir mon délai, et tester de nouvelles choses.
Comme d'habitude avec moi, le choix du schéma de couleur m'a bien pris la tête. Non pas qu'il soit spécialement original, mais parce que j'avais trente six idées et que je changeais d'avis constamment. Bon, une fois lancé, je me suis tenu au schéma fixé quand même, hein.

Une caisse traîne sous la passerelle, que contient-elle ? 


Je suis parti sur un schéma à dominante grise, avec des marquages rouge sombre. C'était une des idées que j'avais en tête, parmi toutes les autres, mais j'ai eu le déclic et que j'ai validé celui-là en feuilletant un livre d'illustration de Simon Stalenhag. Il s'agit d'un illustrateur Suédois, et son taff est juste génial. C'est beau, c'est inspiré, c'est à la fois puissant et poétique, bref je suis conquis. Si vous ne connaissez pas, cliquez sur le lien, ça vaut le détour !

 Un poste de contrôle.


Mon complexe serait donc majoritairement gris. La base a été appliquée à la bombe de peinture (achetées chez Action, et j'en suis très content). Du noir d'abord, à 45° par le dessous. Puis du gris à 45° par le dessus. Et enfin du blanc en zénithal. Evidemment, je laisse sécher entre deux.

Les turbines tournent à pleine puissance. 


Ensuite, étape pas foncièrement rigolote mais indispensable, j'ai placé les scotchs de masquage pour les bandes rouges à venir. Plutôt que de partir sur de la gomme de masquage pour leur donner un effet écaillé, j'ai peint toutes ces bandes avec de la mousse de blister. J'ai passé trois nuances de plus en plus claires, pour donner un peu de relief.

Le sol est souillé de sang, rester ici n'est pas sans danger. 


Je voulais un rendu usé et abîmé, mais sans faire quelque chose de totalement décrépi non plus. Je souhaitais que mon laboratoire ait l'air d'être encore en état de fonctionner. Le weathering serait donc présent, mais relativement léger par rapport à ce que j'aurais pu faire.
J'ai posé des taches, des traces, aux endroits stratégiques, toujours à la mousse de blister en utilisant du noir, du marron et du métal.

Ces conduites sont éventrées. Accident ou sabotage ? 


Arrivé là, j'ai une bonne idée de ce que ça va donner au final, et ça me plait bien alors je continue. Fait rigolo, à ce stade je n'ai pas utilisé le moindre pinceau.
Mais là, pas le choix, je dégaine le Raphaël, et c'est parti pour les détails. Je souligne en blanc les arrêtes sur les plus petits éléments tels que les cryotubes pour mieux définir leurs volumes. Sur les plus gros éléments, pas besoin. Je reprends également en blanc tout ce qui sera lumineux par la suite, ainsi que les vitres des caissons. Je peins ces vitres avec du bleu et du blanc, tandis que les écrans et autres lumières sont traités avec du turquoise.

Des caissons cryogéniques. Ils semblent encore en fonctionnement.


Ensuite, grande première pour moi, je viens ombrer, salir et enrichir tout ça avec des jus de peinture à l'huile. J'ai utilisé du marron, du vert, et tout un tas de mélange de ces deux teintes. Ca marche bien, par contre je n'ai pas spécialement apprécié l'odeur du solvant. La peinture à l'eau, ça a quand même des avantages.

Malgré l'explosion des conduites, l'installation est toujours fonctionnelle. 


Pour finir, j'ai apporté une touche de vernis brillant sur tout ce qui est vitré, donc les écrans, les hublots des caissons.
Et voilà, j'avais fini la peinture de ma table. Techniquement, il n'y a rien de spécialement compliqué, la moitié des étapes sont même assez bourrines comparativement à ce dont on a l'habitude de faire sur nos pitous.

Mais le résultat est là, et je suis super content du résultat. J'espère qu'elle vous plaira aussi, et que les gens seront content de jouer dessus durant les HG Days !


 L'escalier menant aux cryotubes.


Je termine l'article avec quelques mises en situation. Des Askaris affrontent des Résistants.
Est-ce que les mutants ont découvert l'entrée d'un LAB ? Ou les Résistants ont-il eu la malchance de pénétrer en territoire Askari ? Qu'en pensez vous ?

Chelsea ajuste son bouclier, tandis que le Défenseur empoigne sa dague pour se jeter sur elle. 


Un pyromane armé d'un lance-flammes et lancé en milieu confiné, bonjour les dégâts ! 


Le combat fait rage à tous les étages !

lundi 13 février 2017

Les Happy Factory Days, c'est bientôt !


Dans quelques jours, les 18 et 19 février, se tiendront les premiers Happy Factory Days, à Saint-Ouen en région parisienne. Il s'agit d'un week-end organisé par Happy Games Factory, l'éditeur d'Eden et de ses dérivés, ainsi que de Gnomes et Associés.
Au programme, tout un tas d'activités centrées notamment sur le monde d'Eden. On pourra participer aux Vladds d'or, le concours de peinture de HGF, et assister à des conférences, à des démonstrations de peinture ou de sculpture. Mais surtout on pourra jouer, puisque c'est dans ce cadre que se dérouleront la finale qui clôture la saison des Opens, ainsi que le "Off", un tournoi ouvert aux gens qui ne se sont pas qualifiés lors des Opens. Parce que plus on est de fous, plus on rit !

Alors, pourquoi je vous en parle sur mon blog ? Eh bien, à cause du "Off". En effet, les joueurs participants au tournoi Off pourront découvrir en avant-première un nouveau mode de jeu pour Eden, appelé Eden Burn-Out. Et ce mode de jeu... j'en suis l'auteur.



Alors, qu'est-ce que c'est que Burn-Out, me direz vous ?
Evidemment, vous vous doutez bien que je ne peux pas trop en dire pour le moment - sinon l'avant-première n'en serait plus une - et je vous donnerai plus de détails dans un prochain article.

Mais certaines informations ont déjà été révélées, notamment les suivantes :
  • le jeu sera scénarisé
  • il comprendra un mode campagne
  • on aura donc une gestion des blessures des combattants
  • ainsi qu'un système d'expérience
  • et la possibilité d'équiper ses combattants



Comment tout cela s'articule-t-il ? Il faudra venir aux HF days pour le découvrir.
Moi j'ai vraiment hâte que les joueurs testent ce nouveau mode de jeu, et de voir ce qu'ils en penseront et ce qu'ils en feront.

Histoire de vous donner encore plus envie, il sera possible lors du Off de jouer sur les tables suivantes. On retrouvera les tables de mon pote Gregauryc :




Mais aussi celles des Dingues de Jeux :




Et puis aussi des tables à moi, comme ma table marécageuse :




Pour le Off, les joueurs disposent d'un groupe de combattants pour une valeur de 200 points max. C'est le double du format standard pour Eden. Pour autant, les parties ne se joueront pas forcément à 200 points, même si ça sera possible. En fait le format sera libre, et chaque joueur pourra jouer une compo de la valeur qu'il souhaite à chaque partie, les deux joueurs pouvant même jouer avec une valeur différente.
J'ai donc été chercher parmi mes mutants préférés ce qui me faisait envie. Je suis parti sur la bande suivante. En premier lieu, j'ai choisi Aïcha, parce que je recommence à la jouer depuis quelques temps, et je l'aime beaucoup. Je lui ai adjoint l'Alghul pour changer du Guerrier et parce qu'une figurine qui peut ressusciter c'est toujours cool, et l'Elkelb histoire de faire des esquives à Rap 7 ou 8. Ensuite, je voulais jouer les Lahrima et Musharef, j'ai choisi le premier duo sorti. Du coup, j'ai pris Fahim pour les accompagner, et puis tant que j'y étais, j'ai aussi pris les hyènes.
Comme la peinture de certaines de ces figs commençait à dater un peu, j'en ai profité pour leur faire une mise à niveau. J'ai repris quelques éclaircissements ici et là, notamment sur les peaux, pour ajouter un peu de contraste.

Deux cent points de griffes, de crocs et d'implants bioniques.



Et comme je le disais, il y aura aussi un concours de barbouille, auquel je présenterai probablement un truc pour le fun, même si je ne sais pas encore quoi :



Et puis la finale, qui verra s'affronter la crème de la crème des joueurs d'Eden... enfin, les joueurs qui se sont qualifiés au cours des Opens quoi :


samedi 21 janvier 2017

Alkemy : Tournoi des Alch'timistes - 15/01/2017




Le week-end dernier, j'ai participé à mon premier tournoi Alkemy !

Ce tournoi était organisé par Letchai, et une partie de l'équipe d'Alkemy avait fait le déplacement, Nicoleblond en tête. Et ça, c'est cool.
Au programme, un petit tournoi en 4 rondes à la cool, et un stand de vente pour ceux qui voulaient se faire plaisir. Bon, pour ma part je n'ai rien acheté parce qu'on a fait une petite commande pendant la promo du Black Friday, alors j'ai encore un peu de trucs à peindre. Et comme j'essaie de raisonner mes achats... Quoi ? Ah, le tournoi ? Oui, vous avez raison !

En arrivant à la salle - à la bourre, merci la couche de glace sur le pare-brise je l'avais pas vue venir celle-là ! - plein de têtes connues. Des copains du club, déjà. Kalamical, Syntaxerror, LiXa. Des gens qu'on voit régulièrement sur les tournois Eden aussi, Jolyane, Zegogo ou Kurtis. Des gens d'Alkemy, Letchaï, Nico, Kurlem, Olivier. Et puis des gens qu'on connait via les forums, comme Foreman et Shinji du forum Alkemy, ou bien Alias que je côtoie depuis longtemps sur Warmania. Ou même un Saléon à qui j'avais acheté des décors il y a quelques temps. Le monde du pitou est petit !


J'ai choisi de jouer mes Naashtis plutôt que mes Aurloks, parce que... parce que j'avais envie, en fait. Aucune considération tactique là-dedans. J'ai choisi de ne pas jouer d'Alchimiste, ni de tireur. Ma liste était constituée autour de Bey~Saas, le pacifiste. Sa particularité est de ne pas se battre. Jamais. Il n'a pas le droit, et sa table de dégâts ne compte que des zéros. Mais il n'est pas inutile pour autant, puisqu'il donne un bonus en combat à tous les alliés situés à 4 pouces de lui. Et ça c'est cool. Pour l'accompagner, j'ai choisi l'étouffeur, un sabreur, deux reîtres et le Klaph-ouros.


Mes Naashtis prêts à en découdre !


En première ronde, je voulais défier Kurtis pour voir de près sa bande, mais point de défis. Zutre. Le hasard me place face à Jolyane. Cool. Je sais d'entrée de jeu qu'on va s'amuser, pasque Jolyane c'est un rigolo qui se paie le luxe de jouer bien et cool à la fois.
Il joue Khalimans. Je ne connais pas trop. En fait, à part les Aurloks et les Naashtis que je joue, je connais assez mal les factions du jeu. Pas grave, on est là aussi pour découvrir. On joue Conquête Territoriale, un scénario où il faut planter des drapeaux sur les différents décors afin d'en prendre possession.

Du bleu à perte de vue !


Iëcha enchante son arme, passant du stade de chaton inoffensif à celui de machine de guerre !

Jolyane débute tout juste à Alkemy, mais il maîtrise les règles sans problème. La partie se joue sur mon flanc droit, où un gros combat s'engage. Mon étouffeur parvient à enserrer le Djinn, et le roue de coups jusqu'à ce que mort s'ensuive. Le gros élémentaire éliminé, je suis plus serein et je prends le dessus. Je mène au score mais la partie se termine sur une égalité puisque nous atteignons l'objectif de points en même temps.




Ca bastonne dans tous les sens.


Iëcha brandit son sabre enchanté, et tranche l'étouffeur en deux.

Puis elle refroidit mon élémentaire.





Pour la deuxième partie, mon adversaire a l'accent du plat pays. J'affronte Alias, le lapin belge, à la tête d'une Triade. On joue sur sa table qui est super chouette.



C'est Tortue Géniale !

Le but ici est de transporter des coffres vers le bord de table adverse. Alias m'explique sa compo, et en gros c'est hyper résistant, il a plus de figs que moi et globalement plus de points d'action. Cool. Ca va être simple. Je tente un flanc refusé, en posant tout le monde à droite. Le but est de rusher droit devant comme une brute.
Je rencontre un peu de résistance, mais Alias s'étant plus dispersé, la concentration me donne l'avantage et ça passe. J'ai amené trois trésors à son bord de table. J'ai gagné.


Les Naashtis passent en force.

...

Sauf qu'on relit le scénario, et en fait non. Je n'ai gagné que s'il ne m'engage pas mes figs avant la fin du tour. Du coup, on reprend la partie... et je perds. Morale : faut lire les scénarios. Haha.





Après une pause bien méritée et un repas tout aussi mérité, on embraie sur la troisième partie. Je fais la connaissance des Khalimans de Foreman, sur le Marché de la corne. Foreman joue une liste orientée baston, sans Alchimiste. Oh, tiens, comme moi ! Bon, par contre lui il a un tireur, et un sacré puisqu'il a 4 PA donc potentiellement 4 tirs par tour. Ouille.
Le Marché de la corne est un scénario de placement, il faut contrôler des zones du terrain pour scorer. Avec nos bandes de poètes, ça a donné une partie un peu spéciale où on s'est pas mal tourné autour. Au final, je ne tue qu'une figurine sans rien perdre en retour, et nous faisons une égalité malgré mes quelques points d'avance, comme sur ma première partie.

Le Ghulam à l'orée du bois semble bien seul... 

... mais c'était un guet-apens ! 

 Speedy Gonzales !




Retour en Belgique pour la dernière ronde. C'est Saléon qui me fait face avec ses Naashtis sur le scénario des Spores. Bon point, on joue des compos différentes, ça évite la guerre des clones même si on a des profils en commun.





Je tente un truc en envoyant mon Klaph-Ouros à l'abattoir, comptant sur ses plaques pour le maintenir en vie. Saléon vient l'attraper avec son étouffeur. L'Ouros prend cher mais tient bon. J'amène alors mon propre étouffeur qui capture celui de Saléon. Celui-ci, rendu inopérant, mourra au tour suivant. Dans la foulée, je lui grignote deux autres combattants.



En face Suul~Korz me balance des rayons laser dans la tronche. Ca fait mal. Saléon rétablit l'équilibre avec trois pertes chacun.


Je prends néanmoins l'avantage aux points, motivé par l'arrivée de ma fille qui vient pour la première fois me voir à un tournoi (le papa poule en moi passe en mode guimauve à ce moment là). Saléon, en bon gentleman, m'offre ma seule victoire de la journée. Comme ça je passe pour un héros aux yeux de ma petite pirate. Merci Saléon, t'es un chic type !






Une bien bonne journée, ou je terminerai douzième sur dix-huit joueurs. Pas si mal, vu le nombre de parties à mon actif. Il y avait plein de joueurs débutants et visiblement tout le monde s'est bien amusé. Evidemment, le haut de classement est trusté par les orgas joueurs vétérans, mais c'est des tricheurs logique.
Un très bon point, tout le monde a joué peint, et il y avait de très jolies bandes. C'est vraiment super de jouer dans ces conditions. Un gros big-up aussi à Kalamical pour la super salle, confortable et lumineuse. C'était au top.


Quelques photos des autres tables.